Problématique générale des quartiers pauvres des grandes métropoles – Applications aux favelas de Rio

favelas

19 déc Problématique générale des quartiers pauvres des grandes métropoles – Applications aux favelas de Rio

Les institutions politiques et administratives nationale, fédérale ou municipale brésiliennes sont confrontées à la problèmatique du développement des mégapoles urbaines que rencontre tous les pays de la planète qui engendre une population d`exclus,de pauvres , d`émigrés condamnés à vivre dans des taudis, dans des bidonvilles ou des logements précaires.
Les représentations “ habituelles “ des zones d´habitation marginales et de “non droit” appelées : bidonvilles, taudis,campements sauvages ou favelas…sont superficielles et stéréotypées car incapables de donner “un sens” aux problématiques sociales,économiques,culturelles,politiques générées par ces lieux.

L`image la plus courante est celle-ci :
Zone d`habitation caractérisée par une absence ou un déficit d`homogénéité en comparaisón avec le modéle “idéal” de la Ville

  • pas de rues organisées ni réguliéres
  • occupation illégale du sol par le premier arrivé ou le plus fort qui se l`approprie
  • aucune “offre” formelle des services publics habituels:
    eau,electricitè , gaz, ordures ménagères etc…

Or au Brésil, la Société civique a généré pour des raisons historique ( l´abolition de l´esclavage et la guerre de …) et éco-sociologique (populations pauvres enclavées dans les centres villes ) une forme originale et particulière d´organisation sócio-économique et culturelle , la favela.
Les favelas n´ont pás été seulement des lieux d´occupation anarchique de certains quartiers des Villes mais aussi une expérimentation sociale d´un mode de vie et de survie qui a crée un système original d`autorégulation sócio-économique , de solidarité sociale et d`une auto-culture liées aux savoirs des traditions des populations representées (majoritairement d` origine africaine et amerindienne… ) qui a genéré des productions artistiques, musicales, thérapeutiques ou sportives …Mais depuis quelques décennies,ces populations ont survécu au prix d`une soumission de fait à la loi de pouvoirs maffieux liés aux traffics de drogues ou d`armes et à la prostitution. Cette” loi du milieu” imposée de fait n`a pas cependant pas compromis le développement de la Culture spécifique de chaque favela.

Aborder les solutions aux problèmatiques complexes des favelas nous conduit á sortir du dilemme :

  • soit les supprimer en créant des cités nouvelles et “modernes” dans les banlieux des villes
  • soit contraindre leur développement et les isoler du tissus urbain
    Nous proposons de partir de la réalité humaine de cette population spécifique pour la faire participer à la recherche de solutions internes ou externes à partir d´une formulation de leurs besoins et de leur capacité propre de créer et d`imaginer.

 

Partir du processus d`urbanisation des favelas

Il est “hors normes” : hors des normes imposées par l`Etat (hégénémonique), par les lois du marché ou par les classes dominantes qui imposent (explicitement ou implicitement ) que l`environnement urbain soit sain, agréable et organisé sur le modele de la civilisation occidentale.

D´autant plus sensible au Brésil que le modèle étatique a conduit á une urbanisation volontariste et planifiée dont l`exemple est BRASILIA ou les centre villes de RIO ou de SAO PAULO

Il est la conséquence de l`exclusion d`une partie de la population d`émigrants, d`exclus qui n`a pas été pris en compte par les politiques étatiques et les développements économiques aveugles

Il est un symptôme des pulsions de survie naturelle d´une population humaine qui pour continuer à vivre doit se construire, par elle-même et sans moyens financiers, un territoire pour assurer les besoins élémentaires (manger, dormir, se reproduire…) le plus souvent sur des bases illicites: vols, violences,délinquances, défense farouche du territoire…)

Quelles perspectives d´intervention sur les favelas á partir de leur SPECIFICITE

Depuis quelques années, l´idée que les favelas ne doivent pas être “reconstruites” selon le modèle dominant de la Ville fait son chemin.
Il est devenu important de reconnaître aux favelas une “spécificité socio-territoriale » afin d´élaborer une politique publique de ces zones de “non-droit”

Dans certaines villes le “Statut de la Ville “ définit les favelas comme des “Zones d`intérêt spécial “ nécessitant un ajustement de l´urbanisation en fonction de leurs caractéristiques propres… mais cela passe par une définition délicate des critères de “bien-être”, de “valeurs”, d´”identité”.

Quelles sont les caractéristiques spécifiques définies par l´Observatoire des favelas ?

  • Stigmatisation et exclusion sociale et radicale
    de la part des habitants des autres quartiers de la Ville
  • La majorité des résidents sont sans emploi et les rapports de travail à l´intérieur de la favela sont informels
  • Une auto-culture générée en dehors des paramètres définie par l`Etat ou la culture de la société dominante
  • Appropriation “sauvage” ou “anarchique” du territoire foncier
    *taux d`occupation des logements très élevé
    *densité de la population supérieures aux normes de la Cité mitoyenne
    *degré élevé de vulnérabilité environnementale
  • Socialité intense
    Les espaces communs sont très fréquentés, appréciés et riches d´échanges, de rencontres, et de solidarité
  • Les indicateurs sociaux sont très faibles :
    éducation, alphabétisation, soins médicaux, hygiène, vigilance environnementale…sont très inférieurs aux moyennes de la Ville mitoyenne
  • L´origine de la population:
    Majoritairement Noirs-Noirs métissés et descendants d´Indiens
  • Comportement psycho-social
    *degré important de victimisation
    *taux d`assassinats très supérieurs à la moyenne urbaine
    *violences et tyrannie imposées par des pouvoirs maffieux
    *toxicomanie et prostitution

Peut-on “réinventer” la Ville à partir des espaces exclus comme les favelas

Les pouvoirs politiques et les groupes sociaux constatent l´échec des politiques urbaines qui ont essayé d`intégrer les favelas dans la Cité.
Cet échec a fait disparaître la conviction que la ville merveilleuse de RIO serait vouée à un avenir brillant et prospère , pour être progressivemen remplacé par l´ image d´une ville chaotique et dangereuse.

Les objectifs legitimes et formels du droit universel de tous les citoyens à l´accès au logement , á l´emploi, à l´éducation, au transport, aux loisirs…n´ont pu être réalisés malgré tous les efforts et les investissements financiers en grande partie parce que les populations des favelas concernées n´ont pas été impliquées dans le processus.

LA PSYCHOSOCIONOMIE au service du DEVELOPPEMENT DURABLE d´une FAVELA

Lieu d´intervention : la Favela dos Prazeres Santa Theresa à Rio de Janiero

But

Comment mobiliser les habitants des favelas et leur représentants à partir de l’évaluation de leurs besoins, demandes et désirs afin de mettre en œuvre une stratégie de développement durable de la communauté avec la démarche psychosocionomique.

La communauté humaine de la favela s´est organisée depuis ses origines pour assurer les besoins de survie de la population en s`adaptant au contexte de précarité matérielle, urbanistique,socio- éducatif… ce qui lui a permis de se créer une identité collective forte.Ces liens d´appartenance se manifestent par des actes de solidarité et d´entraide dont les enfants, les mères de famille et les malades bénéficient, par des aides éducatives ( sanitaires et sexuelles , prévention des MST…) par de activités créatives ( réalisation de films, de vidéo, atelier de danse et de musique, atelier de sculpture et de peinture…), par des activités sportives…
C´est en respectant cette conscience collective et en s´appuyant sur l´existant que l´on pourra construire un plan de développement qui permette aux habitants de la favela de participer activement aux changements nécessaires pour

  • améliorer les conditions de vie et de sécurité
  • développer des activités d´éducation, de formation professionnelle et d´alphabétisation
  • de créer des lieux d´activités culturelles, sportives et artistiques
  • de promouvoir des activités commerciales , artisanales et artistiques qui permettent d´augmenter les revenus de la communauté
  • de mettre en place toutes autres initiatives issues des réflexions des groupes de travail

La mise en oeuvre de ces buts se ferra par l´application de la méthodologie du développement durable appliquée á la résolution des problèmes de la favela

Les objectifs

  •  l’amélioration de l’urbanisme ( eau, électricité, tout à l’égout…)
    accès et circulation à l’intérieur de la favela
  • l’amélioration de l’habitat et en particulier des bâtiments communautaires
    (salles de réunion, bibliothèque, centre sportif…)
  • l’installation d’un centre de santé avec une équipe médicale et paramédicale permanente.
  • la création d’un centre de de formation professionnelle :
    ° une unité de formation pour adulte
    ° une unité d’orientation et de formation pour les jeunes de 14-25 ans
    ° une unité d’alphabétisation et de soutien scolaire pour les enfants
  • la création d’un centre de loisir, d’arts, de culture, et de sport.

Le projet et sa réalisation est élaboré avec la participation active de la communauté de la favela. Les experts apportent l’appui technique nécessaire à la mise en forme concrète des programmes.

Ce projet expérimental a vocation d´être exemplaire pour servir de base d´application aux problèmes d´autres favela.

Méthode

L´intervention implique un préalable : la constitution d´un groupe –référent composé de 12 personnes :

  • 6 membres de la favela désignés par leur instance communautaire
  • 6 experts choisis en fonction des besoins spécifiques de la favela.
    Les experts sont des « personnes ressources » :urbaniste, architecte, sociologue
    psychologue, thérapeute communautaire,travailleur-social, artiste, enseignant…
    Les membres de ce groupe sont réunis dans une ASSOCIATION ( OSCIP) qui sera responsable de toutes les étapes du projet.

Se joindra à ce groupe un cinéaste-vidéo et une script afin d´avoir un témoignage visuel et sonore et un journal de bord de l´intervention.

Les membres de ce groupe devront être initiés aux techniques de diagnostic et à la méthode de la psychosocionomie au cours d´un stage de formation préalable à l´intervention

1 – Le diagnostic

  •  Évaluer le système culturel de la favela : valeurs, mode de vie, caractères.
    Méthode : enquête sociologique et anthropologique à partir de questionnaires, d´interview, de groupes de paroles etc
  • Évaluer les besoins fondamentaux de la favela
    Pour que le développement d´une population soit durable et permette á une communauté humaine de vivre en autorégulation et en harmonie , les trois besoins fondamentaux identifiés par la psychosocionomie doivent être satisfaits :
    ° besoins biologiques ( survie alimentaire, sécurité matérielle et affective des enfants et de la famille, sécurité d´un habitat protecteur… )
    ° besoins de collaboration avec les autres du fait de l´interdépendance de tous les membres de la communauté
    ° besoin d´agir, d´apprendre, de créer pour réaliser des projets de vie et le travail
  • Évaluer les demandes et les désirs de la communauté
    Mettre en place des groupes par thèmes animés, chacun est animé par un(e) coordinateur ( trice) avec l´appui technique d´un professinnel du domaine supervisés(e) par un(e) psychosocionome.

2- Le processus d’intervention

Etablir un plan d’action par étapes

  1. 1°étape : recueillir les besoins à travers la constitution de groupes de travail sous forme de groupes de parole adaptée à chaque situation spécifique ( enfants, ado,.femmesenceintes…grands parents,) utilisant des méthodes particulières comme la thérapie communautaire,le psychodramme, la psychogénéalogie, l’incidence de l’histoire des origines de chaque
    famille…et de leurs savoirs ou traditions culturelles etc …
  2. 2° étape élaborer des objectifs de changement définis à partir des propositions des membres de la communauté désireux de participer au processus
  3. 3° étape : Mise en place des stratégies de changement
  • dans l’infrastructure urbaine
    ° réaménagement de certaines habitations , organisation de la circulation dans la favela, aménagement adéquate des circuits d’eau, d’électricité, des égouts,de l’éclairage public
    ° aménagement des bâtiments communautaires : salles de réunion, bibliothèque, ateliers…
  • dans les relations entre les membres de la communauté par l’organisation de groupe de travail et de concertation mettant en place une participation active des habitants au processus de changement
  • dans le mode de transmission des « savoirs »
    ° inventaire des compétences et des connaissances de chaque membre de la communauté et mis en perspective des potentialité de transmission
    °mise en place de méthode adéquate d’alphabétisation et d’éducation
    ° formation professionnelle pour les 14/25 ans mais aussi pour tout adulte qui veut acquérir des compétences professionnelles
  • dans l’organisation économique de la communauté :
    ° aider à l’émergence d’un système de circulation de biens et d’argent qui satisfassent les besoins fondamentaux de la communauté et de chacun de ses membres
    ° développer des activités productrices et créatrices à l’intérieur de la favela afin de générer de nouvelles ressources économiques :activité artisanales , de restauration, de spectacles et d’évènements sportifs, musicaux ou artistiques,pôle touristique etc…
  • dans les activités de services
    ° création d’un centre médicale
    ° création d’un centre de loisir
    ° création d’un centre sportif